Connectez-vous S'inscrire
Corse-Economie
Inscription à la newsletter
Analyse et conjoncture économique de la Corse

Le crédit bancaire dans l’île




Le crédit bancaire dans l’île
Une résistance persistante du crédit

Par rapport à la tendance que nous avons déjà signalé, les flux de crédits bancaires n’ont pas dévié en novembre. L’encours de crédits bancaires sous toutes ses formes croît sur un rythme soutenu, avec +8,9 % sur un an (3,8 milliards d’euros de crédits), contre 8,5 % au mois d’octobre. En un an, 308,6 millions d’euros (M€) supplémentaires ont été injectés dans l’économie corse. Pour le seul mois de novembre, c’est près de 29 M€ supplémentaires en plus en un mois.

Au niveau des composantes aussi, les mouvements restent sur leur erre. Le credit immobilier continue de décélérer, mais avec +9,1 % sur un an en novembre, le rythme est appréciable. Du côté des entreprises, les crédits investissements montrent une vigueur sans faille, avec une hausse de +10,5 % sur un an (+10,6 % en octobre). Enfin, en ce qui concerne les crédits de trésorerie (mélangeant entreprises et ménages) on revient sur du 5 % sur un an, soit au plus haut depuis avril 2009.

Au niveau national, ces chiffres sont très différents. Les flux en France métropolitaine sont proportionnellement 3 fois plus faibles. Par conséquent, à la fois pour les ménages et les entreprises, les économies continentales et corses ont un rapport au crédit divergeant. Ceci est à nos yeux l’illustration que la demande reste très forte (immobilier et investissement) mais surtout que les banques jugent les contreparties solvables. Ainsi, plus spécifiquement pour les entreprises corses, c’est un bon indicateur de la solidité financière de ces structures. Et c’est d’ailleurs une des leçons que nous avions tirés récemment de 2009 : l’entreprise corse a une assise bien plus solide que ce que l’on préjugeait.


Le crédit bancaire dans l’île
un niveau de découverts toujours inquiétant

En revanche, alors que le mois d’octobre avait été bon du coté des découverts bancaires (du mauvais crédit, le bon finançant prioritairement l’investissement) avec une progression annuelle retombant à +1,7 % contre +15,5 % au mois de septembre, novembre ne confirme pas. La hausse revient à 12,9 %. On attend donc encore un signal franc d’amélioration de la trésorerie des ménages. Ou bien, à l’inverse, on reste sur un signal de difficulté envoyé sur le front du budget des ménages. La vie à crédit…

Guillaume Guidoni
Mercredi 27 Janvier 2010


Economie française

Recommandations

Articles les plus lus


Economie mondiale

corse-economie.eu on Facebook