Connectez-vous S'inscrire
Corse-Economie
Inscription à la newsletter
Analyse et conjoncture économique de la Corse

Entre Ajaccio et Bastia, l’emploi est proche




Les deux zones concentrent les deux tiers de l’emploi salarié

Les zones d’emploi d’Ajaccio et de Bastia regroupent (données 2006 mais ceci évolue peu dans le temps) les deux tiers de l’emploi total de l’île et les trois quart des cadres. Toutes les principales activités économiques y sont regroupées (cf. graphique), sauf l’agriculture, la construction et les services de proximité (secteur touristique et services à la personne).

Il est courant d’entendre qu’en Corse la structure d’emploi entre la zone sud et celle du nord est très différente. Au sud plutôt des activités liées à l’administration (capitale administrative) et au nord un secteur privé plus dominant (capitale économique). Or, les données de l’Insee montrent que cette vision des choses est pour le moins erronée.

Entre Ajaccio et Bastia, l’emploi est proche
Une structure d’emploi finalement assez proche

Dans l’administration (hors éducation et santé), les chiffres donnent bien une part dans l’emploi total plus importante sur la région ajaccienne, avec 16,1 %, mais sur Bastia la part est de 15,6 %. L’emploi administratif excédentaire (2 200 personnes) par rapport à Bastia représente 13 % des postes de ce secteur. Par conséquent, l’écart existe mais il semble trop faible pour justifier une dichotomie aussi forte entre nord et sud. De plus, en incluant les autres secteurs non marchands, l’écart vient se réduire (cf. graphique ci-contre) et au global l’emploi public pèse environ 31 % du total au sud comme au nord. Bref, l’emploi public ne domine pas plus sur Ajaccio que sur Bastia.

Entre Ajaccio et Bastia, l’emploi est proche
Pour ce qui est du secteur privé, la structure de l’emploi est là encore très proche. Les écarts existent mais restent négligeables, inférieur à 1 point de %. Seuls les services de proximité ont un écart notable, avec un total de 10,8 % de l’emploi au sud contre 9,3 % sur Bastia (différentiel d’activité touristique). On notera l’importance des trois grands secteurs privés (distribution, BTP et services de proximité - tourisme) avec presque 30 % de l’emploi total. Enfin, chose pas forcément très connue, le secteur de la gestion (professions de la gestion d'entreprise, de la banque et de l'assurance) est un important (12 %) des deux côté du Col de Vizzavona.

Dynamique pendant la crise

Comme nous l’avons déjà souligné, le comportement depuis 2008 des deux zones d’emploi est assez différents. Le sud souffre plus, avec un recul de l’emploi, tandis que la région bastiaise reste en création d’emplois (sur un rythme moins rapide toutefois). Au niveau des taux de chômage, la progression est un peu plus dégradée sur Ajaccio (logique vu l’évolution de l’emploi) mais les niveaux restent proches. Ceci contredit le préjugé suivant lequel l’économie ajaccienne serait plus protégée que son homologue nordique par son emploi public prédominant. Le comportement dans la crise a été l’inverse.

En conclusion

Cet article montre de façon simple qu’il ne paraît pas justifié d’opposer les deux grands pôles d’emploi de l’île sous l’aspect du marché du travail. Il existe certes un excès d’emploi d’administration sur Ajaccio mais sur l’ensemble du secteur public l’écart est négligeable. De même, dans le secteur privé, il n’y a pas de différence marquée dans l’appareil productif.

Guillaume Guidoni
Mardi 16 Février 2010


Economie française

Recommandations

Articles les plus lus


Economie mondiale

corse-economie.eu on Facebook