Connectez-vous S'inscrire
Corse-Economie
Inscription à la newsletter
Analyse et conjoncture économique de la Corse

Confiance des chefs d’entreprises en Corse : terne


La confiance des entreprises corses marque le pas dans l’industrie et les services, l’incertitude restant forte sur les mois à venir.



Confiance des chefs d’entreprises en Corse : terne
La Banque de France vient de mettre en ligne les résultats de l’enquête de conjoncture auprès des entreprises corses pour le mois de mai.

Les signaux qualitatifs envoyés par cette enquête ont cessé de s’améliorer. La tendance de à la stagnation du côté de l’industrie. Toutefois, il faut garder en tête le faible poids économique de l’industrie en Corse (3,6 % de la valeur ajoutée produite en 2008 dans l’île, contre 11,8 % au niveau national ; 8 % de l’emploi salarié fin 2009).

Pour les services l’impact d’une avant saison ratée est sensible. La faiblesse des intentions d’embauches (services : 63 % de l’emploi salarié privé, dont 22 % pour le commerce fin 2009) est cohérente avec les derniers résultats pour l’emploi salarié en Corse.

Les anticipations des chefs d’entreprises sont partout ternes et montrent bien que la reprise économique est lente et fragile.

Les principaux commentaires (les caractères gras sont rajoutés) :

« La production industrielle a progressé en mai et ce, dans l’ensemble des secteurs. Si les progrès sont encore modestes, comme en témoigne la quasi stabilité du taux d’utilisation des capacités de production, cette tendance se confirme au fil des mois et les retards enregistrés en début d’année, notamment dans les biens intermédiaires et les biens d’équipement, se comblent progressivement.

Au total, les carnets de commandes se sont stabilisés à un niveau jugé encore légèrement inférieur à la normale. Pour autant, les évolutions sont variables d’un secteur à l’autre et les situations disparates.

La gestion des stocks reste généralement empreinte de prudence. Si ils ont, au global, légèrement diminué à l’entame de la saison, ils apparaissent néanmoins parfaitement adaptés à la demande. Ils devraient progresser au cours du prochain mois.

Les effectifs n’ont que peu évolué. Cependant, des embauches de saisonniers ont été opérées dans certains secteurs. Ils seront ajustés le cas échéant dans les prochains mois.

Les prix de certaines matières premières se sont inscrits en légère hausse. Compte tenu d’une concurrence encore vive, ils ne pourront être répercutés que partiellement dans les tarifs des produits finis.

Le niveau des carnets et une demande un peu plus soutenue laissent augurer d’une croissance modérée de la production industrielle dans les mois à venir. L’ensemble des secteurs anticipe une reprise mais les prévisions restent empreintes de prudence.

L’activité dans les services marchands a progressé mais moins fermement qu’attendu. La contraction est sensible dans les secteurs du tourisme et de la réparation automobile. Elle est moins marquée dans les autres services aux entreprises et le transport. Les prix restent généralement stables de même que les effectifs, où les embauches ont été limitées aux stricts besoins. Hausse attendue dans les mois à venir, mais elle sera modérée. »

Guillaume Guidoni
Mercredi 16 Juin 2010


Economie française

Recommandations

Articles les plus lus


Economie mondiale

corse-economie.eu on Facebook