Connectez-vous S'inscrire
Corse-Economie
Inscription à la newsletter
Analyse et conjoncture économique de la Corse

Taux de pauvreté en Corse 2008 : léger recul mais aucun changement de fond


Le taux de pauvreté en Corse en 2008 baisse légèrement. 20 % des ménages de l’île sont classés comme pauvres par l’insee.



Taux de pauvreté en Corse 2008 : léger recul mais aucun changement de fond
Le taux de pauvreté en Corse en 2008 baisse légèrement. 20 % des ménages de l’île sont classés comme pauvres par l’insee (taux à 60 %, soit revenu inférieur à 60 % du revenu médian), contre 20,4 % en 2007. Toutefois, on reste nettement au-dessus du niveau de 2006 (19,3 %). Même si la méthodologie a changé en 2005, il n’en reste pas moins que la Corse détient le record de hausse pour la pauvreté avec une hausse de 2,3 points en 4 ans.

Au niveau national, le taux est de 13 % (13,2 % hors région parisienne) et la région la plus touchée par la pauvreté sur le Continent (Languedoc-Roussillon) est à 18,1 %. L’écart entre la Corse et la moyenne nationale reste catastrophique pour les plus de 65 ans (21,1 % contre 9,8 % !). Mais toutes les classes d’âge sont touchés : - de 20 ans 24 % contre 17,7 % ; 18-29 ans 19,5 % contre 14,2 % ; 30-65 ans 18,2 % contre 11,5 %.

Taux de pauvreté en Corse 2008 : léger recul mais aucun changement de fond
Au niveau du type de ménages, les familles monoparentales restent en « tête » de la pauvreté, avec 30 % des ménages touchés. Pour cette catégorie, l’écart avec la moyenne nationale (29,5 %) est faible. A noter que les femmes seules sont lourdement touchées (31,54 % contre 18 %).

En conclusion, la pauvreté en Corse touche toutes les classes d’âge avec une fragilité particulière des plus jeunes et des plus anciens. La situation des familles monoparentales et des femmes seules montre que l’isolement frappe durement des publics largement mis à l’écart du marché du travail corse (rappel du taux d’emploi des femmes en Corse : 50,4 % en 2007 contre 58,6 % au niveau national).

Encore une fois, le modèle économique et social de l’île ne permet pas de réduire la pauvreté. Pour les personnes âgées, la pauvreté est surtout liée à l’importance des petites retraites (défaut de cotisation et pastoralisme passé dans l’île). Pour les publics les plus marginalisés, le soutien par la famille disparaît peu à peu. La Corse connaît une pauvreté largement comparable à celle des autres sociétés méditerranéennes.

Taux de pauvreté en Corse 2008 : léger recul mais aucun changement de fond
Au niveau de l’inégalité, on note que la Corse se distingue aussi dans le mauvais sens. Le coefficient de Gini (indicateur de dispersion pour les revenus totaux ; plus le coefficient est proche de 0 plus la distribution est égalitaire, plus il est proche de 1 plus les revenus sont concentrés entre peu de mains) est supérieure de 0,3 point (c’est beaucoup pour ce type d’indicateur) à celui de la province. Seule la région parisienne est plus inégalitaire. Pour les seuls revenus fiscaux, là encore la Corse se classe juste derrière la région Île-de-France.

Guillaume Guidoni
Lundi 6 Décembre 2010


1.Posté par Fabien le 06/12/2010 17:20
Bonjour,

Une question :
Le taux de pauvreté est-il mesuré par rapport au revenu médian national ou régional ?

Et une remarque :
Cette notion de pauvreté basée seulement sur les revenus ne tient pas compte des coûts incompressibles imposés aux ménages. Si je gagne 1000 euros par mois, que je suis propriétaire de mon logement (fini de payer), si je peux aller à pieds ou en transports en commun au boulot, je ne suis pas dans une situation aussi délicate que si je gagne 1200, voire 1500 euros, mais dois payer 500 euros de loyer par mois et entretenir une voiture pour aller travailler chaque jour.

Or, en Corse, de nombreux ménages de la classe moyenne, avec des revenus supérieur au seuil de pauvreté mais inférieurs à la médiane, sont souvent dans cette seconde situation, avec frais de logement et de transport élevés, qui les placent de fait dans une situation de pauvreté.

Sans compter le coût des produits de consommation courante un peu plus élevé en Corse qu'ailleurs...



2.Posté par corse-economie le 06/12/2010 18:17
Le seuil est national, soit 949 €/mois en 2008 pour le seuil à 60%. Après bien évidemment il s'agit d'une notion composite sur le revenu (flux) et non sur le patrimoine (stock). N'interviennent donc pas les notions de taux de propriété ou d'épargne mobilisable.
Comme aucune données précise sur le patrimoine des ménages au niveau régional n'existe et idem pour la structure des dépenses des ménages, on ne peut être précis sur les problème de charges locatives et de coût de la vie. Leur impact ne peut être quantifié en l'état actuel. Mais il est évident que le coût du logement en Corse pose problème en zone urbaine et littorale.



Economie française

Recommandations

Articles les plus lus


Economie mondiale

corse-economie.eu on Facebook