Connectez-vous S'inscrire
Corse-Economie
Inscription à la newsletter
Analyse et conjoncture économique de la Corse

Nombre de chômeur en Corse décembre 2010 : pas de surprise, mauvais


Le nombre de chômeurs en Corse continue sa progression en décembre 2010. La situation s’est encore dégradée du côté des offres d’emploi et du chômage de longue durée.



Nombre de chômeur en Corse décembre 2010 : pas de surprise, mauvais
A nouveau et sans surprise compte tenu des mois précédents, les chiffres du chômage en Corse sont plus que médiocres en décembre 2010. On a compté en données non corrigées de variations saisonnières :
• 16 760 chômeurs (cat. ABC), soit une hausse de 8,0 % sur un an, contre +8,2 % en novembre. La hausse dépasse celle observée au plan national (+5 %) ;
• 3 530 chômeurs de longue durée (+ de 1 an), nouveau record et en hausse de 32,2 % sur un an (là aussi record), après +29,9 % en novembre ;
• 3 060 chômeurs de - de 25 ans, soit une hausse de 5,5 %. C’est le point le plus positif actuellement.

En données corrigées des variations saisonnières (cvs), la hausse est continue depuis mi-2008, avec quelques à-coups. En décembre, la hausse atteint 1,8 % sur le mois, après +0,4 % en novembre et +2,3 % en octobre. Le nombre de chômeurs en Corse atteint 14 510 personnes (cat ABC), niveau que l’île n’avait plus connu depuis 10 ans.


Nombre de chômeur en Corse décembre 2010 : pas de surprise, mauvais
L’évolution des offres d’emploi confirme une situation plus que médiocre. La baisse est sans appel (cf. graphique). Il y a certes une volatilité dans cette série, mais comme le montre le graphique, un recul de près de 20 % pour les offres d’emploi durables est rare et c’est toujours accompagné d’une hausse du chômage dans les mois qui suivirent.

Comme nous l’avions noté les mois précédents, l’hiver est rude sur le front du chômage.

NB : du fait de la forte saisonnalité du marché du travail en Corse, les variations mensuelles non désaisonnalisées ne sont pas pertinentes. Les données dans les graphiques et les commentaires font références aux catégories ABC. Cette définition est préférée à celle de la catégorie A (à la recherche d’emploi sans activité réduite) car elle permet de mesurer les chômeurs effectivement en concurrence sur le marché du travail (personnes astreintes à la recherche active d’emploi).

Guillaume Guidoni
Jeudi 27 Janvier 2011


Economie française

Recommandations

Articles les plus lus


Economie mondiale

corse-economie.eu on Facebook