Connectez-vous S'inscrire
Corse-Economie
Inscription à la newsletter
Analyse et conjoncture économique de la Corse

Le train : gouffre ou opportunité ?


Investir dans le train a une logique économique plus large que sa rentabilité directe. Mais, il ne faut pas en conclure que la question de la qualité du service est accessoire.



Le train : gouffre ou opportunité ?
Le thème de la rentabilité des services publics est récurrent au sein de l'Assemblée de Corse. Après les discussions autour des dessertes maritimes et aériennes en mars, le train a refait son apparition en avril dernier.

Le Conseil Exécutif et la direction de la société d'économie-mixte exploitant les lignes souhaitent lancer une étude permettant d'apprécier les possibilités techniques de relance de la ligne de chemin de fer de la côte orientale, détruite il y a plus de 60 ans.

Si l'unanimité sur le principe d'une ligne allant de Bastia jusqu'à Bonifacio a été trouvée au sein de l'Assemblée, les questions du coût et de la capacité de financement de la construction d'une telle infrastructure ont gêné de nombreux élus. Dans un contexte de crise des finances publiques et avec un investissement déjà colossal injecté dans le train entre Ajaccio et Bastia, l'absence de perspectives lisibles sur les recettes et un probable déficit d'exploitation interpellent. D'autant que la SEM reçoit déjà 20 millions d'euros par an de subventions pour couvrir ses frais de fonctionnement alors qu'elle encaisse moins de trois millions d'euros de recettes commerciales.

Concernant cette question du rapport coût/bénéfice, le président de la SEM, Michel Stefani, a déclaré dans un entretien pour Corse-Matin que « s'agissant d'un service public, il ne faut pas raisonner en terme de rentabilité économique » mais qu'il s'agit d'un « choix politique d'aménagement du territoire ».

Ce raisonnement s'appuie sur le fait qu'un service public, ou un bien public dans le cas d'une infrastructure, a un impact économique dépassant les frontières que peuvent dresser les bilans comptables. En économie publique, on parle alors d'« externalité positive ».

Par exemple, la création d'une liaison entre Bastia et l'extrême sud permettra de faciliter les flux de personnes et de marchandises entre ces deux zones d'emploi pour l'instant toujours très cloisonnées. Comme de nombreux travaux économiques le montrent, abaisser les coûts d'échange entre deux zones - notamment en termes de temps de trajet - augmente l'activité économique, donc la croissance et l'emploi. C'est d'ailleurs l'une des justifications du libre échange et de la création du marché commun au sein de l'Union européenne.

Plus largement, les liaisons ferroviaires permettent de réduire l'usage de l'automobile, réduisant ainsi la facture énergétique pour les ménages et les entreprises mais aussi les coûts induits (accidents, pollution, embouteillages, développement et entretien des routes).

Donc, sur le papier, se poser la question de la rentabilité directe du train est effectivement prématurée. Il faut inclure dans le calcul beaucoup d'éléments supplémentaires qui manquent aujourd'hui. A priori, c'est le sens de l'étude lancée par la CTC.

Pour autant, un service public se doit aussi de subir la dure loi de l'évaluation. Le service rendu doit être d'une qualité suffisante pour générer les externalités positives attendues. Lorsque l'on regarde le plan de rénovation du rail lancé depuis plusieurs années en Corse, c'est là que le bât blesse.

Malgré une débauche d'investissement dans le réseau et les locomotives, malgré un subventionnement massif du fonctionnement, la liaison Ajaccio-Corte-Bastia n'a pas connu de changement structurel suffisant pour fluidifier les transports entre les deux poids lourds économiques de l'île.

Actuellement, pour se rendre en train de Bastia à Ajaccio pour participer à une réunion prévue le matin avant 12 h, il faudra partir... la veille et passer la nuit sur place. Avec plus de 3 heures de temps de trajet et seulement 3 ou 4 liaisons dans la journée, le service n'est pas à la hauteur. Pour s'en convaincre, le lecteur pourra aussi lire l'excellent article d'Elisabeth Milleliri sur le train publié en avril dernier dans Corsica.

Ensuite, il ne faut pas tomber dans l'excès et considérer que la rentabilité des services publics est complètement accessoire. L'argent devient une ressource rare pour les collectivités locales corses. En privilégiant le train, on pénalise automatiquement une autre politique.

Par conséquent, la remise en service du train sur la côte orientale mais aussi la rénovation de la ligne de la Balagne sont sans doute de bonnes idées, potentiellement bénéfiques pour les Corses et l'économie. Mais, à une seule condition : rendre un vrai service. Ce qui implique rapidité, régularité et commodité.

Article publié dans le magazine Corsica en juin 2012.

Guillaume Guidoni
Mercredi 6 Juin 2012


Economie française

Recommandations

Articles les plus lus


Economie mondiale

corse-economie.eu on Facebook