Connectez-vous S'inscrire
Corse-Economie
Inscription à la newsletter

Analyse et conjoncture économique de la Corse

L’hôtellerie corse a aussi connu une bien meilleure saison que ses concurrentes




L’hôtellerie corse a aussi connu une bien meilleure saison que ses concurrentes
Pour l’hôtellerie aussi, la saison est comparativement positive…

En lien avec l’article d’hier nous abordons maintenant la cas des nuitées en hôtels classés (uniquement, sans camping et autres hébergements collectifs). Là encore, la Corse (données de l’Insee allant jusqu’en août) est restée de justesse en zone positive pour les nuitées, avec +0,7 % sur un an pour les nuitées de juillet et août. Dans le même temps, les nuitées ont plongé de 8 % aux Baléares, de 9 % aux Canaries, de -11 % à Malte (données non disponibles sur le graphique) et enfin de 12 % à Madère. Pour la Sardaigne, de la même façon que pour les flux, les données précises ne sont pas disponibles mais il semble que l’évolution soit proche de celle de la Corse, voire légèrement plus positive. Ainsi, la Corse a comparativement limitée la casse, y compris pour ses hôtels.

Néanmoins, ceci est porteur de risque pour la saison 2010. Les hôtels de Malte ou des Baléraes ayant perdu une clientèle importante seront d’autant plus enclin à adopter une politique tarifaire très agressive pour récupérer leurs clients. En effet, cette perte de fréquentation par rapport à la capacité des hôtels (en économie on peut parler d’un output gap) créée des surcapacités importantes et un besoin de « se refaire ». Ainsi, la récession touristique de 2009 a bien épargné la Corse (merci à la clientèle française), mais il convient maintenant de suivre de près les premiers feux de 2010.

Ainsi, pour les Baléares et les Canaries, 2009 pourrait être considérée comme une grave récession touristique, avec respectivement -8 % et -13 % sur un an (cumul janvier-septembre). Idem pour Chypre (-11 %) et Malte (-8 %). Madère s’en tire à peine mieux, avec -5 % sur un an pour les flux de janvier à septembre. Les données sardes ne sont pas accessibles ; néanmoins, l’évolution semble être comparable à celle observée au niveau de la Corse, au regard des flux enregistrés à l’aéroport de Cagliari.


L’hôtellerie corse a aussi connu une bien meilleure saison que ses concurrentes
… mais les structures d’hébergement sont bien différentes entre les zones

Il convient de garder en tête lorsque l’on regarde ces résultats que la structure de l’hébergement est très différente d’un pays à l’autre (cf. graphique). Ainsi, en 2008, 10 % des nuitées touristiques ont été passé dans des hôtels en Corse. L’ordre de grandeur est vraisemblablement proche en Sardaigne.

En revanche, dans les autres destinations, se sont les hôtels qui dominent très largement. Entre les presque 100 % de Chypre et Madère (en tout cas selon leurs statistiques), les 82 % des Baléares et environ 60 % pour Malte et les Canaries, l’écart est sans appel.

L’hôtellerie corse a aussi connu une bien meilleure saison que ses concurrentes
L’hôtellerie souffre malgré tout depuis longtemps en Corse

Nous en avions déjà parlé, mais il est important de conserver en tête que les pertes de parts de marché de l’hôtellerie corse ont été importantes ces dernières années. Cette saison est venue accentuer encore ce phénomène (cf. graphique). Ainsi, l’on peut être très circonspect sur la capacité de résistance à un choc de fréquentation (par exemple, fort recul des touristes en 2010) de ce secteur.

Guillaume Guidoni
Vendredi 20 Novembre 2009


Economie française

Recommandations

Articles les plus lus


Economie mondiale

corse-economie.eu on Facebook