Connectez-vous S'inscrire
Corse-Economie
Inscription à la newsletter

Analyse et conjoncture économique de la Corse

Nombre de chômeur en Corse en février 2011 : rien ne change


Le nombre de chômeurs en Corse reste sur une tendance à la hausse très marquée en février 2011. Un commencement de stabilisation du côté des offres d’emploi est le premier signal positif depuis longtemps.



Nombre de chômeur en Corse en février 2011 : rien ne change
En février, on enregistre aucune amélioration sur le front du chômage en Corse. On a compté en données non corrigées de variations saisonnières :
• 16 890 chômeurs (cat. ABC), soit une hausse de 9,9 % sur un an, contre +8,5 % en janvier. Ceci situe la Corse largement au-dessus de la moyenne nationale et comme le plus mauvais résultat au sein des régions françaises ;
• 3 560 chômeurs de longue durée (+ de 1 an), en progression de 24,9 % sur un an ;
• 2 610 chômeurs de - de 25 ans, soit une hausse de 10,6 %. Ce résultat repart à la hausse après une accalmie de plusieurs mois ;

En données corrigées des variations saisonnières (cvs), on enregistre la 5e hausse consécutive et conséquente. En février 2011, le nombre de chômeurs augmente de 1,1 % d’un mois sur l’autre (+0,5 % en janvier). Le nombre de chômeurs (cvs) en Corse atteint 14 650 personnes (cat ABC), score inédit depuis la fin des années 90.

Nombre de chômeur en Corse en février 2011 : rien ne change
Pour les offres d’emploi durable, l’évolution est toujours très fortement négative (-22 % sur un an, là encore le pire résultat des régions de France métropolitaine) mais il semble se dessiner une stabilisation. Les mois à venir seront à suivre de près. Mais, à très court terme, une inversion de tendance est exclue en Corse.

Comme nous l’avions noté les mois précédents, l’hiver est rude sur le front du chômage. Si les offres d’emploi se reprennent, une stabilisation devrait apparaître vers mai ou juin.

NB : du fait de la forte saisonnalité du marché du travail en Corse, les variations mensuelles sur les données non désaisonnalisées ne sont pas pertinentes.
Les données dans les graphiques et les commentaires font références aux catégories ABC. Cette définition est préférée à celle de la catégorie A (à la recherche d’emploi sans activité réduite) car elle permet de mesurer les chômeurs effectivement en concurrence sur le marché du travail (personnes astreintes à la recherche active d’emploi).

Guillaume Guidoni
Lundi 28 Mars 2011


Economie française

Recommandations

Articles les plus lus


Economie mondiale

corse-economie.eu on Facebook