Connectez-vous S'inscrire
Corse-Economie
Inscription à la newsletter

Analyse et conjoncture économique de la Corse

La confiance des ménages stable en juin




La confiance des ménages stable en juin
Au mois de juin 2009, l’indicateur de confiance des ménages corse-economie.eu est resté quasiment stable, reculant de 0,7 point à -23,9 points. Il est désormais au niveau de l’indice pour l’ensemble de la zone euro (-23,2 points) et proche de celui de la France (-25,9 points), confirmant la convergence observée depuis le début de l’année 2009. L’indicateur de confiance conserve un niveau très déprimé, même s’il semble qu’un plancher soit désormais atteint.

Dans le détail, on observe que les réponses ont été plus négatives concernant la situation économique de la Corse, notamment sur la situation future (indice en recul de 5 points à -28,3 points ; zone euro : 5,8 points). De plus, les ménages ont aussi été nettement plus pessimistes sur leur situation financière, aussi bien actuelles que futures.

Toutefois ce mouvement a été compensé par une amélioration du côté de la perception du marché du travail, l’indice sur les perspectives de chômage (baisse de l’indice = moins de chômage attendu) passant de 64,3 points à 50 points (zone euro : 55 points). Au final, les deux mouvements, en sens contraire, se compensent.

Du côté des intentions de consommation et d’épargne, on note deux mouvements. D’une part la faible propension à consommer des ménages dans le mois, les réponses à la question « pensez-vous que ce soit le bon moment pour effectuer un achat important ? » étant très négatives : indice à 47,8 points, en recul de 22,8 points (zone euro, indice : -18,4 points). Toutefois, l’indice n’étant pas désaisonnalisé, un effet solde semble probable sur juin, car la propension à consommer dans les mois à venir est elle en hausse. A vérifier sur le mois de juillet donc ! D’autre part, conformément à ce que l’on observe depuis le début de l’année 2009, l’envie d’épargner reste très forte (indice à 32,8 points, zone euro : 26,3 points), mais les marges de manœuvre manquent, même si on note une amélioration du côté du jugement porté sur le budget (ménages toujours majoritairement en train de dépenser l’épargne, mais moins de ménages se jugeant à difficultés fianncières).

79 questionnaires ont été exploitables. On recul donc encore, après le passage au-dessus de 100 en avril. Malgré un nombre d’inscrits pour répondre à l’enquête satisfaisant, le taux de réponses reste bas, même après relance. Il va falloir agir…

Afin de faciliter la lecture voici plusieurs remarques :
- l’indice général est un indice composite qui reprend les réponses aux questions : perspectives économiques, perspectives financières personnelles, perspectives du chômage et comportement d’épargne ;
- pour tous les sous-indices, sauf le chômage, une baisse signifie que le jugement porté se dégrade. Pour la question sur le chômage, c’est l’inverse ;
- un indice est calculé sous la forme de solde d’opinion. S’il est négatif, la majorité des répondants « voient » une situation dégradée ou très dégradée (sauf chômage, où c’est l’inverse).


Guillaume Guidoni
Vendredi 3 Juillet 2009


Economie française

Recommandations

Articles les plus lus


Economie mondiale

corse-economie.eu on Facebook