Connectez-vous S'inscrire
Corse-Economie
Inscription à la newsletter

Analyse et conjoncture économique de la Corse

Inégalités de revenu en Corse en 2009


Les revenus déclarés par les ménages corses sont moins dispersés sur la fin des années 2000. Toutefois, les inégalités restent fortes et la situation économique n'est pas favorable.



Inégalités de revenu en Corse en 2009
Les inégalités de revenu en Corse ont reculé sur la fin de la dernière décennie. En considérant les revenus fiscaux (n’incluent pas les revenus non imposables), la Corse reste après l’Île-de-France et la région Paca, la région la plus inégalitaire de France. Mesuré en unité de consommation afin de tenir compte de la différence de taille entre les ménages, l’écart entre les plus hauts et les plus bas revenus fiscaux (rapport inter-décile) mesuré par l’Insee est de 6,8 en 2009 (IDF : 7,3 ; Paca : 6,9).

Ce rapport a reculé entre 2005 et 2009 (-6 %), la Corse créant sur cette période près de 7 300 emplois salariés dans le privé. Toutefois, sur la période 2001-2005, l’écart s’était réduit de 12 %. L’évolution très positive sur le début des années 2000 a donc été ralentie.

Les écarts de revenu sont assez proches pour toutes les classes d’âge, avec une importance un peu plus marquée pour les personnes entre 50 et 59 ans (moment où l’inactivité forcée devient forte) et pour les jeunes retraités (60-74 ans).

Inégalités de revenu en Corse en 2009
En ce qui concerne la répartition des revenus des ménages en Corse, malgré le vieillissement rapide de la population, les retraites perdent en importance. Elles représentaient 28,4 % des revenus fiscaux en 2005 contre 27,5 % en 2009. Le poids des revenus d’activité salariée (55,9 %) reste stable « grâce » à la progression des allocations chômage. Celui des revenus des entrepreneurs – bénéfices – recule (9 % en 2009 contre 11,6 % en 2005). En revanche, l’importance des revenus non professionnels est grandissante (7,5 % en 2009 contre 4,4 % en 2005). Ceci implique que les revenus liés au patrimoine ont crû plus rapidement sur 2005-2009 que les revenus d’activité ou les retraites.

La réduction des inégalités peut surprendre au vu de l’écart toujours très important au niveau de la pauvreté (20 % des ménages touchés en Corse contre 13 % au niveau national). Mais, il faut garder en tête d’une part que la Corse reste parmi les régions les plus inégalitaires. D’autre part, cette amélioration est surtout le fait des années 2005 à 2007, période où l’île à connu une croissance toujours très forte. La progression continue du chômage depuis 2008 ainsi que la progression du nombre de personnes inactives, qu’elles soient découragées de chercher un emploi ou allocataires d’un minima social, pose désormais problème et risque de stopper la tendance à l’amélioration. Enfin, les revenus non imposables ne rentrent pas en ligne de compte et peuvent créer des distorsions supplémentaires.

Enfin, la forte progression des revenus du patrimoine (loyer, placements financiers) participe à maintenir un niveau élevé d’écart de revenus. Les inégalités de patrimoine sont importantes, augmentant d'ailleurs les inégalités entre génération.

Guillaume Guidoni
Lundi 26 Septembre 2011


1.Posté par Marc le 01/02/2015 06:03
J'ai bien l'impression que les inégalités sont inévitables dans ce monde. En effet, partout, les gens n'ont pas le même revenu. Ce qu'il faut désaccentuer, si je puis m'exprimer ainsi, c'est le fossé entre les riches et les pauvres. La redistribution des revenus par l'impôt, les allocations familiales, etc. je pense que cela n'a pas vraiment d'effet sur les revenus.



Economie française

Recommandations

Articles les plus lus


Economie mondiale

corse-economie.eu on Facebook