Connectez-vous S'inscrire
Corse-Economie
Inscription à la newsletter

Analyse et conjoncture économique de la Corse

Enquête Banque de France : confiance des entreprises corses


L’enquête de la Banque de France ne montre plus de signaux de redressement de la confiance. Elle reste d’un optimisme mesuré pour les mois à venir.



Enquête Banque de France : confiance des entreprises corses
Une légère amélioration pour le secteur des services

La Banque de France vient de mettre en ligne les résultats de l’enquête de conjoncture pour le mois de mars en Corse.

Les signaux envoyés par cette enquête sont en amélioration depuis fin 2009. Si le mois de mars ne déroge pas, il faut noter que les messages qualitatifs ne sont pas non plus en franche amélioration. On reste donc sur un ton optimiste mais prudent.

Les commentaires pour les entreprises liées au bâtiment sont sommes toutes assez positives, ce qui est en ligne avec notre jugement sur ce secteur, à savoir que la construction en Corse devrait se reprendre progressivement, plus particulièrement sur la deuxième partie de l’année.

On remarque que le climat a eu un impact significatif sur une bonne partie des filières.

Enfin, concernant la saison touristique, alors que notre signal maison de demande touristique pour la Corse est plutôt en zone « inquiétude », l’enquête banque de France est elle mieux orientée (cf. ci-dessous).

Les principaux commentaires de la Banque de France

Les caractères gras sont rajoutés.

« La production industrielle s’est renforcée durant le mois, à l’aune d’une demande et de conditions météorologiques plus favorables. Les effectifs se sont quelque peu confortés afin de permettre d’augmenter les productions.

Corrigés des variations saisonnières, les carnets de commandes qui ont peu varié, illustrent une certaine prudence des opérateurs.

Les réalisations dans le bâtiment et les travaux publics ont globalement progressé sur le premier trimestre de l’année. Cependant, elles ont été perturbées par de nombreuses intempéries. La demande est bien orientée et les carnets de commandes restent à de bons niveaux. La vive concurrence pèse sur les marges de certaines entreprises. Les anticipations sont assez favorables pour le prochain trimestre.

Les achats dans le négoce de gros ont été d’une moindre ampleur durant le premier trimestre de l’année. Les perturbations des transports maritimes et les intempéries ont contribué à une certaine prudence des négociants. Les prix sont parfois contraints par une concurrence toujours vive. Les prévisions sont mieux orientées sur le prochain trimestre.

Les services marchands ont connu une activité légèrement resserrée durant le mois. La demande adressée a été moins dynamique et n’a pas permis le maintien total des réalisations. Les effectifs, stables sur mois et gérés prudemment, progresseront au rythme observé de la saison touristique. Cette dernière devrait débuter avec une avant-saison jugée satisfaisante, marquée par une présence significative de groupes dès le mois d’avril. La saison pourrait être comparable à celle de 2009. Pour autant les anticipations restent encore prudentes.»

Guillaume Guidoni
Mercredi 14 Avril 2010


Economie française

Recommandations

Articles les plus lus


Economie mondiale

corse-economie.eu on Facebook