Connectez-vous S'inscrire
Corse-Economie
Inscription à la newsletter

Analyse et conjoncture économique de la Corse

Droits de mutation immobiliers en juin 2008 : +11,6 % dans l’ancien, +7,5 % dans le neuf


Statistiques sur l'immobilier résidentiel corse



Remarque préliminaire : le mois dernier j’ai inversé les droits anciens et neufs, désolé de l’erreur.

Selon l’ADEF, la valeur totale (assiette) sur les 12 derniers mois (cumul sur 1 an) des transactions immobilières soumises à droits de mutations à :
• représentée 777,3 millions d’euro en juin 2008 dans l’ancien, soit une hausse de 11,6 % sur un an. Par rapport à mai 2008, l’assiette dans l’ancien baisse de 0,6 % ;
• représentée 497,1 millions d’euro en juin 2008 dans le neuf, soit une hausse de 7,5 % sur un an. Par rapport à mai 2008, l’assiette dans le neuf progresse de 3,6 % .

Ces chiffres représentent le montant des transactions immobilières enregistrées auprès de la DGI en juin (généralement il y a un décalage de 1 ½ mois entre la vente finale et l’enregistrement). Donc, au total, les transactions immobilières sur les 12 derniers mois ont représenté près de 1,3 milliards d’euro soit environ 20 % du PIB de l’île. En 1999, ce montant était de 424 millions d’euro (9 % du PIB). En près de 9 ans, on a donc enregistré une progression de 11 point de pourcentage de l’importance des transactions du marché résidentiel dans l'économie corse. Une nouvelle illustration de la folie qui touche ce secteur depuis maintenant 10 ans. Dans l’environnement de marché actuel, qui touche aussi bien les acquéreurs locaux que ceux extérieurs, je doute que ce mouvement soit encore soutenable très longtemps et je commence à me demander si nous n’allons pas vers une crise à l’espagnole (crash), plutôt qu’à la française (lent mouvement – qui avait jusque-là ma préférence) sur l’immobilier corse.

Guillaume Guidoni
Samedi 12 Juillet 2008


Economie française

Recommandations

Articles les plus lus


Economie mondiale

corse-economie.eu on Facebook