Connectez-vous S'inscrire
Corse-Economie
Inscription à la newsletter

Analyse et conjoncture économique de la Corse

2009, année de l’auto-entreprise




2009, année de l’auto-entreprise
52 % des créations d’entreprises sont des auto-entreprises

2009 a été une année de record absolu en terme de créations d’entreprises pour la Corse, avec 4 252 structures tous types et tous secteurs. Ainsi, la progression par rapport à 2008 est de 65 %, niveau jamais observé. Pour mémoire, en 2007 et 2008, les créations d’entreprises avaient varié respectivement de +13 % et +7 % respectivement.

Bien évidemment, l’année écoulée a été profondément perturbée par la mise en place du statut d’auto-entrepreneur. Avec 2 223 structures, ce type d’entreprise représente 52 % des créations totales. Le reste se partage entre entreprises individuelles (sans capitaux propre) et sociétés, avec respectivement 1 011 et 1 018 entreprises.


2009, année de l’auto-entreprise
Toutefois, cette envolée des créations masque une situation moins reluisante. Si l’on exclue l’auto-entreprise, les créations ont chuté de 21 % en 2009. Il y a eu un effet de substitution très fort entre auto-entrepreneur et entreprises individuelles. Pour les seules sociétés (SARL, société à capitaux), on a aussi une hausse mais qui est de seulement 3 % (2007 : +29 %; 2008 : +5 %). Par conséquent, les projets ambitieux, l’année 2009 n’a pas été celle de l’euphorie.

Concernant les secteurs, comme l’on pouvait si attendre, les auto-entreprises ont surtout été concentrées dans les services et le commerce. Toutefois, tous les secteurs sauf les activités immobilières ont été pris dans le mouvement.

En perspectives

2010 sera une année moins perturbée au niveau de cette statistique. De plus, on pourra juger de la pérennité de l’attrait pour l’auto-entreprise. A priori, ce statut permettant de créer une structure et de voir ensuite, il y a fort à parier que les créations resteront importantes. Toutefois, fin 2009, environ 1,5 % des corses entre 20 et 60 ans sont désormais auto-entrepreneurs. Il reste à savoir qui voudra « goûter » au statut. Il y a une réelle incertitude sur l’échelle (2%, 5 % ou même 20 %, soit ?).

Concernant les autres projets, il sera intéressant de regarder l’évolution du statut d’entrepreneur individuel. En effet, l’auto-entreprise n’est valable que pour un chiffre d’affaire limité (environ 30 k€ dans les services et 80 k€ ailleurs). Donc, si l’auto-entrepreneur monte une affaire à succès, il arrivera vite sur le seuil et devra opter pour un autre statut, le plus proche étant celui d’entrepreneur individuel. Ainsi, l’évolution des EI sera un bon indicateur de la réussite du programme auto entreprises. Enfin, pour sociétés, la situation économique reste plutôt compatible avec une stagnation des créations.

Guillaume Guidoni
Mercredi 20 Janvier 2010


Economie française

Recommandations

Articles les plus lus


Economie mondiale

corse-economie.eu on Facebook